Dégustations croisées

Printemps éternel de Dammann Frères et Fleur de Neige de Lisa See

Prologue
Au fond de moi, une petite voix me chuchote depuis bien trop longtemps « mais parle bouquin, voyons… Tu n’attends que ça, tu t’engouffres deux livres par semaine. Lorsque tu rentres dans une librairie, tu peux y rester trois heures et conserver l’impression tenace d’avoir franchi le pas de la porte depuis moins de cinq minutes… Arrête de te mentir deux secondes ma grande. »
Je grognonnais en réponse des arguments peu cohérents mais je laissais le temps faire son oeuvre. Faire semblant de réfléchir alors qu’en réalité ma décision était prise depuis bien longtemps.

Une fois par mois, je présenterai donc une analyse croisée : celle d’un livre lu, aimé ou détesté, croisé à la dégustation d’un thé. Je justifierai bien évidemment pourquoi mon choix fut d’allier les deux.

Fleur de Neige de Lisa See

Comment j’ai connu le livre

Je suis, depuis peu, la ô combien talentueuse Lemon June, booktubeuse à la langue acérée et à l’enthousiasme communicatif. Pour résumer : regarder une de ses vidéos revient à appeler son libraire dans l’heure qui suit. Ce que j’apprécie chez elle reste sa capacité à vendre aussi bien des livres type young adult (la saga Autre Monde de Maxime Chattam) que des grands classiques (Aragon d’Aurélien).

Sa vidéo de Fleur de Neige m’avait laissée pantoise, muette. Il me fallait ce bouquin et une fixette s’est installée tant que je ne me l’étais pas procuré. La Chine m’a toujours intriguée et c’est avec délice que je me suis plongée dans ce roman.

L’histoire

Dans la Chine du XIXe siècle, le destin de deux jeunes filles est lié à tout jamais. Fleur de Lis, fille de paysans, et Fleur de Neige, d’origine aristocratique, sont nées la même année, le même jour, à la même heure. Tous les signes concordent : elles seront laotong, âmes sœurs pour l’éternité. Les deux fillettes grandissent, mais si leur amour ne cesse de croître, la vie s’acharne à les séparer. Alors que la famille de Fleur de Neige tombe en disgrâce et que la jeune fille contracte le mariage le plus infamant qui soit, Fleur de Lis, par son union, acquiert reconnaissance et prospérité. L’amitié sacrée des deux femmes survivra-t-elle au fossé que le destin a creusé entre elles ? (Source Babélio)

Ce qui m’a plu

  • Une réelle dimension historique

Fleur de Neige vous emmène réellement dans la Chine du 19ème siècle, une véritable immersion sans pincettes et gants. On y apprend énormément de choses : le bandage des pieds, les relations entre les différents membres d’une famille, l’organisation d’un mariage en Chine, la place de la femme… Le travail de documentation réalisé m’apparaît comme tout bonnement bluffant. En refermant Fleur de Neige, promis, vous serez presque incollables sur cette charmante période.

  • Des thèmes multi-facettes

L’amitié est bien évidemment au coeur de l’ouvrage : Fleur de Neige et Fleur de Lys sont des laotongs donc déjà, on ne pouvait pas passer à côté de cette thématique. Tout au long de l’ouvrage, on suit leur histoire, leurs confidences, les hauts et les bas de cette amitié si particulière. Ce qui m’a particulièrement touchée (et faite réfléchir) se trouve dans la façon de s’adapter aux autres, comment en soit peut-on réellement définir une bonne amie. Comme le résume très bien Lemon June, « l’amitié a moins besoin de conseils que l’attention d’une oreille compréhensive ». (Je vous laisse méditer)
Cet ouvrage est également éminemment féministe : le roman ne pouvait clairement pas être misogyne quand on voit le quotidien des femmes en Chine. Torturées (quand les pieds doivent atteindre la taille de 7 centimètres, je n’ai pas d’autre mot), cloitrées chez elles (ceci expliquant cela, tu as du mal à marcher), marchandisées (on va te marier et te lier avec quelqu’un que tu n’as jamais vu par intérêt et silence ma cocotte), considérées comme des poules pondeuses (fais nous des fils à foison !), j’en oublie des vertes et des pas mures.

  • Une intrigue rondement menée

Il m’arrive par moments lors de mes lectures de me dire que l’auteur semble être payé à la page et va donc s’attarder mystérieusement sur des détails d’une importance inégale. Et étrangement, je m’ennuie. Mais là, je ne me suis pas un seul instant senti contrainte face à des anecdotes superflus : enchainant rebondissements et détails historiques, on ne s’ennuie pas et le moment passé avec les deux laotongs se déroule en un éclair.

Mes critiques

Ma seule réserve concerne le style, notamment dans la dernière partie du roman. Je l’ai trouvé un peu léger et certaines tournures m’ont paru alambiquées ou trop simplistes. Mais il s’agit d’une toute petite critique…

Printemps éternel de Dammann Frères

La nature du thé

Thé vert parfumé : thé vert, pétales de fleur, arômes (amande, fleur de cerisier, héliotrope) et huiles essentielles (bergamote, poivre,rose). Thé reçu lors de l’envoi des nouveautés de Pâques par Dammann Frères.

Dégustation

Printemps Eternel est un délicieux thé vert, très fleuri et un peu entêtant. Au nez, j’y perçois la fleur de cerisier et le poivre. En bouche, c’est très fleuri et frais. Au fond, c’est un peu ce qu’est ce roman : dépaysant mais terriblement pointu et acerbe sur certains sujets. Je ne pouvais que choisir un thé de la sorte pour accompagner la lecture de Fleur de Neige.

3 réflexions au sujet de « Printemps éternel de Dammann Frères et Fleur de Neige de Lisa See »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *