Dégustations croisées

Ellana, Le Pacte des Marchombres – Thé Sérénité de la marque Pagès

 

Ellana, Le Pacte des Marchombres

Comment j’ai connu le livre

Adolescente, j’ai grandi comme tout un chacun avec Harry Potter. Et au fond de moi même, je n’ai jamais cessé de rechercher une saga pareille mêlant aussi bien aventure, amour, amitié, dépassement de soi-même. J’ai donc lu, avalé des tomes à la chaîne pour retrouver les mêmes émotions que j’avais pu ressentir à la première lecture de cette épopée. Des moins bons mais surtout des très bons : et pour cela il faut parler de Pierre Bottero.

Pierre Bottero, c’est un peu LE génie français de la littérature adolescente. Il a crée quatre trilogies d’une qualité indéniable, où chaque personnage est amené à apparaître au final dans d’autres tomes. Les destins se croisent, toujours dans un environnement à l’imagination foisonnante et véhiculant des valeurs fortes ainsi que des conseils de développement personnel. J’ai lu vers mes treize ans sa première saga « La Quête d’Ewilan » et ce fut un coup de foudre aussi bien pour le style, que l’univers et les caractères dépeints. J’ai enchaîné avec la saga « Les Mondes d’Ewilan », que j’ai autant aimé, et sans que je ne me l’explique aujourd’hui, je n’ai pas continué ces lectures pendant presque sept ans.
A mon entrée dans mon IUT, directement après mon bac, une fille de ma promotion m’a annoncée, des trémolos dans la voix, que Pierre Bottero était mort et qu’il n’y aurait plus jamais de suite. Je gardais un souvenir flou de mes lectures et je n’avais pas compris son émotion : aujourd’hui, je la partage et ai toujours le coeur qui se serre de regret lorsque je pense à tous ces univers que nous ne découvrirons pas.

L’histoire

J’ai, disons le, dévoré Ellana une année après la mort de Pierre Bottero, à l’occasion de sa sortie en poche aux éditions J’ai Lu. Ellana n’est autre qu’un des personnages principaux des sagas « La Quête d’Ewilan » et « Les Mondes d’Ewilan » : cette trilogie permet de s’attarder sur le passé d’une personnalité hors du commun et d’une confrérie, les Marchombres.
Les Marchombres sont membres d’une guilde qui recherche avant tout la liberté. Liberté d’agir, de penser, de vivre : leur corps est un outil et une force pour les guider sur la voie. Chaque Marchombre est d’une constitution physique et psychologique exceptionnelle, travaillent régulièrement pour améliorer ses compétences aussi bien en termes de crochetage de serrure que gravir une falaise à mains nues… On naît peut-être marchombre mais on le devient surtout via un apprentissage de trois ans : cette saga nous emmène suivre les pas d’Ellana, jeune orpheline charismatique, qui sera reconnue comme une des personnes les plus brillantes de sa guilde. Libre, fière, drôle, humble : les qualificatifs ne manquent pas et Ellana avance sur la voie, tout en distillant des conseils de développement personnel tout au long du roman.

Ce qui m’a plu

  • Une véritable épopée

Si vous cherchiez une aventure aux multiples rebondissements, ne cherchez plus et prenez le premier tome. Tout au long de la saga, on suit la vie d’Ellana de son enfance à son statut de femme, ce qui implique aussi bien des rencontres amicales, amoureuses ou conflictuelles ainsi que divers évènements qui seront d’une importance charnière dans sa vie. A plusieurs reprises, je me suis retrouvée les poils au garde à vous tellement les rebondissements s’enchainaient et jouaient sur des valeurs fortes comme le courage, l’humilité, l’amitié… Ellana avance dans sa vie, et dans la vie des autres, avec la force d’un boulet de canon, sans se poser de question. Il s’agit d’un réel roman de fantasy, avec tous les attraits du genre : bataille, humour, secret, révélation, guilde, tout y est.

  • Une réflexion humaine sous-jacente

Tout au long du roman, on trouve des conseils, de véritables conseils de développement personnel que l’on peut s’appliquer à soi même, à n’importe quelle étape de sa vie. Ellana est une apprentie, elle est donc soumise à une rivalité féroce dans les rangs des marchombres où chacun peut souhaiter être le meilleur alors qu’il ne s’agit pas en soit de l’objectif le plus important. Ellana ne cherche pas à être une élite et ne se compare pas aux autres : son seul point de référence n’est autre qu’elle-même. En se fixant comme objectif, qui est en réalité une limite, d’être la meilleure, elle s’empêche d’une marge de progression possible. Premier coup de fouet : c’est quand on croit savoir que l’on n’apprend plus. Et dans le tome 2, une phrase me marque à jamais et j’en fais même un leitmotiv : le doute est une vraie et belle force. Vérifie juste qu’elle te pousse toujours vers l’avant.

  • Une héroïne féministe ?

Ellana est libre, indubitablement libre : elle ne laisse personne ne dépendre d’elle et de manière analogue, ne dépend de personne. Les relations humaines lui plaisent mais elle ne laisse jamais celles-ci la dominer. Elle apprend en permanence, se mesure à elle-même et fait ce qui lui semble être juste tout en gardant une réelle humilité et fraicheur d’âme, la positionnant selon moi comme un des personnages de roman les plus charismatiques jamais rencontrés. De plus, Ellana m’apparaît comme un réel modèle féminin à suivre : droite, courageuse, drôle, fière, elle n’en reste pas moins humaine et sujette aux doutes.

Mes critiques

La trilogie a été écrite à destination des adolescents : certains pourront lui reprocher son style mais je trouve que cela reste de qualité.

Thé Sérénité des Infusions Pagès

J’ai reçu ce thé au mois de juillet, par un service presse des Infusions Pagès. Il est vite devenu un de mes chouchous et je fais attention à ne pas le boire par réflexe, préférant le réserver à des occasions bien particulières. Les infusions Pagès est une maison française depuis 1859, la plus ancienne marque d’infusions en France même ! La force de cette maison est sans hésiter son aspect biologique et made in France : sans arômes artificiels, sans colorants, sans agrafe, sans cellophane. Vous pouvez retrouver les thés de la maison dans les grandes surfaces : il s’agit d’une initiative préférable plutôt que de prendre des Lipton ou des Elephant par exemple.

La nature du thé

Il s’agit d’un thé vert composé d’Aloe Vera, d’Oranger et des fruits de la passion. L’objectif de ce thé est de jouer sur le côté relaxant propre au thé vert et à l’aloe vera.

Dégustation

J’ai adoré ce thé, que je bois donc régulièrement. Il est très fruité et j’aime particulièrement les thés parfumés aux fruits exotiques. Je pense qu’il y a peut-être un peu d’effet placebo mais je me sens toujours un peu plus rassurée après en avoir bu une tasse… Soit la même sensation que lorsque je relis Ellana. Tout dépend de nous même et nous pouvons être réellement les acteurs de nos vies, nous ne sommes pas des pions dans les mains du destin. Ce thé s’accorde ici parfaitement à ma lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *